Naissance en 1883, Seul garçon d'une famille de 6 enfants, il vécut à la ferme parentale jusqu'à l'age de 17 ans. De petite taille(1m56) et d'aspect chétif, il étudie dans un temple bouddhiste zen jusqu'à l'age de 7 ans. Il poursuit ses études à l'école primaire, puis au collège. En 1900, âgé de 17 ans, il part pour Tokyo pour devenir commerçant. Il pratique le ju-jiutsu avec maître Tobari Tokauasaburo à l'école Kito Ryo, puis avec maitre Masakatsu de l'école d'escrime Yagyu. En 1904 éclate la guerre russo-japonaise, en 1905 il est envoyé en mandchouri et rentre au japon en 1906.

ueshiba2.jpg

Dans sa maison il construit un petit dojo. Il étudie à l'école Yagyuryu jujitsu. Il sort diplômé en 1908. En 1910, le gouvernement demande des immigrants volontaires pour aider au développement de l'île d'Hokkaidô située au nord du pays. Possesseur d'un terrain, il réunit , en 1912, 54 familles pour l'accompagner à Hokkaidô. Il contribue à la création d'un village dont il est élu membre du conseil. C'est là qu'il fit la connaissance de maître Takeda de l'école Daito Ryu Jujitsu. Il doit verser des sommes importantes pour apprendre une seule technique, et doit s'occuper de la vie quotidienne du maître. En 1916, il reçoit le diplôme signifiant qu'il avait fini ses études : Shi-Han Daïto Aïki-Jistsu-Ryu.. L'essentiel de l'aïkido moderne provient encore de cet enseignement ancestral. O sensei restera 8 ans dans l'Hokkaidô. Pendant son séjour sa fille naquit en 1911 et son premier fils en 1917 (celui-ci mourût en 1919). Son second fils Kishomaru naquit en 1921. En 1920, il rentre au chevet de son père malade et offre sa propriété à Takeda. Durant son voyage, il entend parler d'un maitre qui soigne les malades. Il décide de rencontrer maître Deguchi, religieux shintoïste et dirigeant de la secte Omoto-Kyô. (l'enseignement de la grande source) Impressionné par cet homme, il veut étudier avec lui, car la seule pratique des arts martiaux ne le satisfait plus. Après la mort de son père, maître Ueshiba retourne, avec toute sa famille, chez maître Deguchi à Ayabe dans la préfecture de Kyoto. Celui ci lui propose de construire un dojo dans le quel il enseignera. Il l'appelle le Ueshiba Juku. En 1924, il suit maître Deguchi en Mongolie et Mandchourie où s'affronte les armées chinoise et japonaises. Deguchi veut y créer par une alliance sino-japonaise un royaume de paix. Arrêté, et condamné à mort, maître Ueshiba est gracié au dernier moment. Leur retour au japon fait figure d'événement national. En 1925 maître Ueshiba découvre le satori (illumination spirituelle) En 1927, le fondateur fut introduit auprès de l'amiral Takesshika, commandant de la marine impériale. Celui ci l'invita à s'installer à Tokyo et à enseigner à l'école navale impériale. Trois ans plus tard, il crée le Kobukaï près de Tokyo et parallèlement enseigne à l'école militaire et à l'école de police. C'est à cette époque qu'il reçu la visite de maitre Jigoro Kano. Ce dernier perçu immédiatement la subtilité des mouvements d'aiki. Il voyait ce que lui même recherchait. Il confiat à son assistant Nagaoka : ” voici le véritable Budo, ”. Ueshiba fut invité à prendre rang de Shi-Han au Kodokan pour y enseigner, mais l'aiki-budo, estimé par le ministère de la guerre comme non divulgable, ne pût pénétrer dans le temple du Judo. D'autre part, s'avérait difficilement envisageable qu'un créateur de techniques martiales quitte son propre dojo pour enseigner dans d'autres lieux, sans crainte d'altérer son prestige. Ses activités et son âge ne permire pas à Kano de s'exercer lui même, aussi délégua t-il ses meilleurs élèves : Nagakoa puis Murashige, Tomiki, Mochizuki… En 1932, Ueshiba est nommé président du Budo SEN YOKAI (association de tous les budos). En 1937, il est élu membre du comité supérieur des arts martiaux. Y siégeait trois conseillers : Takano pour le Ken (sabre), Nagaoka pour le Judo (son fondateur venant de disparaître) et Ueshiba pour l'aïkido et d'autres disciplines martiales telles que le Jo-Jitsu. Il continu d'enseigner dans son dojo avec des règles identiques à celles du temps où les Ryu (écoles) gardaient leurs secrets. Nombreux furent ses élèves de prestige. La guerre américano-japonaise ayant entraîné la mobilisation des pratiquants, il se retire à Iwama. Seuls quelques hauts dignitaires de l'empire et des experts d'autres écoles d'arts martiaux ont droit à l'enseignement de O sensei Ueshiba. Après la guerre les arts martiaux furent interdit par l'occupant américain. En 1948 le ministère autorise Ueshiba à rouvrir son dojo de Tokyo, l'organisation alors le nom de Aïkikaï En 1956 commencent les démonstrations hors du dojo. En 1961, la démonstration d'Hawaï marque la première sortie de Ueshiba hors du japon. En 1964, l'empereur le décore de Shija Hojo pour sa création et l'œuvre accomplie. Il mourut à l'age de 86 ans, le 29 avril 1969, d'un cancer du foie.

morehei_ueshiba.txt · Dernière modification: 2012/11/01 04:32 par Nicolas Malin